Partagez|

Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Riley O'Connor
Ma dracène
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 234
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part... En train de manger...
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Lun 2 Nov - 16:37

Le soleil s'était couché depuis longtemps. La plupart du monde était parti aux résidences pour aller manger ou dormir et je m'apprêtais à faire de même, car mon estomac faisait des siennes. Je serpentais entre les bennes à ordures des ruelles pour me rendre jusqu'au quartier central. Je connaissais déjà le quartier est et le quartier central comme le fond de ma poche. Ça faisait déjà quelques jours que j'étais ici et que j'avais, à mon grand malheur, découvert que tous les habitants de cet endroit vivaient dans les mêmes résidences. Ainsi, je m'arrangeais toujours pour me balader dans les autres quartiers pour ne pas croiser certains gens.

Je me préparai à sauter une clôture pour retourner sur une rue principale quand, tout à coup, un éclair déchira le ciel suivi d'une pluie digne du déluge. Je soupirai et je repris l'escalade de la clôture, plus prudemment cette fois. Je me mis à courir pour passer le moins de temps possible sous la pluie, mais j'étais déjà toute mouillée. Un autre éclair déchira le ciel et entra en contact avec la plus haute tour du quartier central. Je vis quelque chose tomber de la tour, peut-être un morceau mal fixé. À peine dix secondes plus tard, tous les lampadaires s'éteignirent autour de moi. De toute évidence, le morceau était tombé sur un fil électrique ce qui avait causé une panne de courant. Superbe ! J'étais coincée sous la pluie dans l'obscurité quasi totale et je ne voyais que des formes sombres autour de moi. Je ne pouvais clairement plus me rendre au quartier central sans me péter la gueule quelque part ou attraper une pneumonie en chemin.

J'avançai à tâtons jusqu'à ce que je trouve ce qui me semblait être une tente. Le tissu semblait imperméable et ça me suffisait comme abri. Ce truc ne devait pas être très haut ce qui me garantissait une protection contre les éclair. Je tentai de lever un pan de la tente pour m'y glisser, mais le tissu était cloué au sol. Il aurait fallu que je rampe en dessous pour y entrer... Ce que je fis, car le vent s'était levé et la pluie fouettait toutes les parcelles de ma peau qui avaient le malheur d'être exposées. Le summum du désagrément, en gros. Je venais d'entrer dans la tente quand je me heurtai contre quelque chose de ferme sur le sol. Mais qu'est-ce que c'était que ce truc ? Je posai ma main sur la chose et reconnus la texture d'un chandail. En touchant un peu plus, je découvris que c'était un homme qui était allongé devant moi... Ou une fille avec une poitrine non existante, mais je préférais de loin imaginer que c'était un homme. Mon ventre gargouilla encore. C'était tellement fort que je pouvais l'entendre malgré la pluie qui s'écrasait contre la tente. J'entrepris de fouiller les poches du gars en espérant trouver de la nourriture. Rien. Je fronçai les sourcils, ne retenant même pas mon ''Pffft !'' de déception.

La température semblait avoir baissé depuis le début de l'orage. Je grelottais à cause du froid et le chandail sec de l'homme commençait sérieusement à m'intéresser. Cependant, j'avais peur de le réveiller en lui enlevant son chandail... Mais j'avais froid ! Mes mains étaient comme des glaçons et de l'eau coulait de mes cheveux pour aller s'écraser dans mon dos. Tant pis ! J'avais qu'à lui voler son chandail vite fait et quand il s'en rendra compte, je serai à l'autre bout de la tente, bien au chaud. Je tentai de découvrir quel genre de chandail il portait et, à mon grand damn, je découvris que c'était un chandail à manches longues. Ça allait clairement me compliquer la vie pour le lui enlever, mais ça valait la peine d'essayer. Je levai les bras de l'homme et agrippai ses manches. Je pris une grande inspiration et tirai le plus fort que je pouvais pour lui enlever le chandail. Malheureusement, sa tête se coinça dans le chandail et ce n'était qu'une question de nanosecondes avant qu'il ne soit réveillé. Je fis ce que tout autre personne rationnelle ferait et pris la fuite. Cependant, au moment de m'éloigner de lui, je me pris les pieds dans quelque chose et tombai par terre en poussant un cri de surprise.

- Ah shit...


Dernière édition par Riley O'Connor le Lun 28 Déc - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Aliester
Dompteuse de vaches
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 57
Date d'inscription : 29/10/2015
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Mar 3 Nov - 8:15

Léo s'était levé tôt ce matin là. Il avait passé la journée à arpenter les rues de cette étrange ville. Du nord au sud le matin, de l'ouest à l'est l'après-midi. Pendant sa visite du quartier est, un passant lu avait parlé d'un cirque réputé hanté. Le brun n'avait pu s'empêcher de rire. Un cirque hanté ? Mais bien sure. Et lui il était mort peut-être ? Mais l'insistance de son interlocuteur et ses mises en gardes avaient fini par agacer Léo qui c'était mit en tête de vérifier par lui-même la véracité de cette histoire à dormir debout. C'est donc de son plein gré et motivé qu'il c'était rendu là-bas.

    Même s'il refusait de l'admettre clairement, c'est vrai que le lieux était assez lugubre et lui donnait la chair de poule. Il se trouvait en face en l'imposant chapiteau. Le Soleil qui avait passé la journée à couvert derrière les nuages commençait à décliner. Du moins c'est ce que Léo supposait puisqu'il faisait de plus en plus sombre.  Ou peut-être était-ce la pluie qui se rapprochait, assombrissant un peu plus le ciel ? Peu importe. Léo pénétra dans l'ensceinte de la grande tente. L'intérieur était poussiéreux, ce qui laissait entendre que cet endroit avait été abandonné depuis de longues années. Mais ça ne devait pas être si vieux puisque malgré tout le bois des gradins ne paraissaient pas avoir pourri et les voûtes qui tenaient l'imposante tenture semblaient encore solides. Bon d'accord, un cirque abandonné c'était un peu triste et inquiétant... Mais de là à dire qu'il était hanté, fallait pas abuser non plus. Mais bien qu'il ait la certitude que ce lieu n'avait rien de maudit ou de fantomatique d'où venait ce sentiment d'insécurité, cette impression d'être constamment observé qui envahissait Léo ? Surement son imagination, se disait-t-il. Après tout, on lui avait raconté tellement de choses inquiétantes sur cet endroit, c'était tout à fait logique que son esprit ait imprégné ses contes et qu'à présent il les transcrive au présent. Mais c'était clair et net, les fantômes n'existaient pas, et Léo ne se laisserait pas avoir.

    Il poursuivait sa visite jusqu'à ce qu'il fasse trop sombre pour voir où il allait. Il n'entendait plus rien hormis le bruit sourd de la pluie qui avait commencé à fouetter la tente imperméable du cirque. "Il faut croire que je suis bloqué ici jusqu'à ce que la pluie cesse..." Se dit Léo qui n'était qu'à moitié enthousiaste à l'idée que cette pluie pourrait durer toute la nuit et qu'il devrait donc la passer dans ce lieu inquiétant. Mais ce serait un bon moyen de vérifier si cette légende d'esprits frappeurs était vrai ou non. Et puis, il n'aurait qu'à s'endormir rapidement et le matin serait vite là. Voilà ce qu'il allait faire, dormir, tout simplement. Il avança à tâtons, s'aidant des quelques repère qu'il avait eu le temps de mémoriser s'y voyait claire et de sa vision qui lui permettait de discerner plus ou moins vaguement les obstacles qui lui bloquaient la route. Il se serait bien allongé sur les gradins, mais c'était bien trop dur et étroit. Il chuterait au moindre mouvement. Il longea le long de la tenture et jusqu'à trouver un empilement de ce qui semblait être des tissus. Ce serait parfait. Il saisit une des longues étoffes et la posa au sol, l'étendant au maximum. Il s'allongea dessus. Certes elle sentait la poussière et n'était probablement plus très propre, mais ce serait toujours mieux que dormir sur un des étroits banc en bois ou encore à même le sol. Très vite, exténué par sa journée d'expedition, Léo trouva le sommeil et s'endormit profondément. Il n'entendait même plus le bruit de la pluie sur le chapiteau.

    Léo fit alors un drôle de rêve. Il était plongé dans l'obscurité la plus totale et il lui semblait qu'on lui heurta une côte. Le mouvement avait était rapide et pas vraiment violent mais impossible de savoir ce qui l'avait touché. Etrange... A présent il lui semblait qu'on le tâtait, et lui, incapable de bouger, était bien contraint de se laisser faire. Mais qu'est-ce que c'était cette chose qui n'arrêtait pas de le toucher ! Une main apparemment. Mais de qui ? Cette main lui semblait si froide, glacée même. Il réalisait alors qu'il avait les bras levés. Attend... Quoi? Ce n'était plus un rêve alors. Il bougeait vraiment ! Ou plutôt on le faisait bouger ! Il lui semblait soudainement qu'il étouffait. Il se réveillait en sursaut. Son pull était relevé et c'était ça qui l'empêchait de respirer convenablement. Il lui semblait même qu'on essayait de lui enlever son haut ! Non mais... Quoi ?! Il dort et il se retrouve à se faire déshabiller ?! Il se redressa brusquement, remettant rapidement son pull convenablement en place. Qui était l'ordure qui avait tenté de le foutre à poile ?! Il se releva et regarda autour de lui. Il ne vit rien du tout, tout était sombre. Il entendit seulement un bruit sourd. Son déshabilleur était tout près et s'était affalé au sol. Il allait le chopper ! Il le saisit par le col et réalisa soudainement que son déshabilleur était plutôt une déshabilleuse à en juger par sa voix. Mais il faisait trop sombre, il ne distinguait rien du physique de la femme qui maintenait au sol. Si seulement il avait eu un briquet ! Malheureusement il n'avait que son marteau. Eh ! mais il lui semblait bien avoir vu trainé des chandelles et des briquets non loin de là.

-Ecoute-moi bien toi, qui que tu sois. Je ne te ferai pas de mal mais tu vas me suivre ! dit-il à l'inconnues qu'il saisit par le poignet et releva rapidement.

   Il se doutait bien que s''il la lâchait, ne serait-ce que deux minutes, elle aurait disparu. "Et si elle n'était pas réelle ? Un fantôme peut-être...?" Cette pensée ridicule traversa son esprit. Mais il réalisa très vite que ce serait impossible. Un fantôme, aussi idiot soit-t-il, ne trébuche pas sur des objets. Un zombie alors? Décidément son imagination était débordante aujourd'hui, notamment dans ce lieu.  Il avançait à tâtons, trainant derrière-lui sa captive sur quelques mètres. Il atteint enfin des caisses. Il passa sa main sur le support en bois et trouva enfin une chandelle. Il la redressa et chercha alors le briquet qu'il trouva rapidement. Il le saisit et alluma la bougie. Il se tourna alors vers la jeune femme... qui n'avait rien d'un zombie ou d'un fantôme. Il reconnaissait, c'était la jeune femme qu'il avait "sauvé" au bar. Il la dévisageait avec colère. On lui avait appris à ne pas frapper les femmes. Mais elle allait devoir s'expliquer !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley O'Connor
Ma dracène
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 234
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part... En train de manger...
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Mer 4 Nov - 2:04

Des mains agrippèrent soudainement mon col, m'empêchant de me relever. Je retins mon cri de surprise, échappant tout de même une expiration rauque. Je ne m'attendais pas à ce qu'il me trouve aussi rapidement. J'avais cru que la noirceur me donnerait une seconde ou deux pour me relever et déguerpir, mais non. Maintenant je m'étais faite attrapée et je ne savais pas du tout quoi faire. La panique s'insinua lentement dans mon cerveau et je me mis à me débattre comme si ma vie en dépendait. Peut-être était-ce le cas ? Qui sait ? J'étais peut-être tombée sur un autre fou furieux comme le blondinet de la taverne. Je tentai d'échapper à sa prise, mais c'était peine perdue. Merde ! Ce type était Hulk ou quoi ? Je serrai les dents, m'apprêtant à le frapper pour qu'il me lâche, quand il me rassura en me disant qu'il ne me ferait pas de mal.

Je me calmai un peu en entendant sa voix. Son ton n'était pas vraiment menaçant et c'était mieux comme ça. J'obtempérai à sa demande et le suivis lorsqu'il me prit le poignet et me tira je-ne-sais-où. J'essayais de penser à une bonne excuse pour expliquer le fait que j'avais tenté de le déshabiller. Clairement, avoir froid ne justifiait pas ce moyen assez... Radical. Malheureusement, mon cerveau était en panne d'inspiration. L'homme s'arrêta et je me tendis. Je l'entendis chercher quelque chose et, quelques secondes plus tard, une lumière apparut. Je plissai les yeux le temps de m'habituer à la luminosité. Je vis alors que c'était l'homme qui avait empêché l'autre fou de me tuer l'autre jour. J'étais un peu soulagée en constatant cela, mais en même temps un malaise commençait à s'installer. Il devait croire que j'étais une personne horrible... Tout d'abord, je provoquais l'autre type et ensuite j'essayais de le dénuder.

Alors que j'enseignais mon cours de math, je pris une dernière bouchée de la nourriture que j'avais confisquée à mon élève un peu plus tôt. Mon regard se posa d'ailleurs sur ce dernier. Il semblait un peu pâle et se tenait la tête entre les mains. Il avait probablement mal à la tête... Oh well ! J'haussai mentalement les épaules et continuai mon cours.

Ouais, j'étais définitivement une personne horrible et je ne blâmerais pas l'homme s'il pensait la même chose. D'ailleurs, si la voix de l'homme ne m'avait pas semblé trop hostile tout à l'heure, son expression faciale disait totalement autre chose. Je tournai la tête pour que mon visage soit dans l'ombre, car je ne souhaitais pas croiser son regard. Je n'avais rien à dire et je savais que j'étais dans le tort. Par réflexe, je cherchai la sortie du regard. Je ne trouvai rien d'autre à dire qu'un pitoyable mensonge.

- Désolée, j'ai cru que je tirais sur des couvertes ou quelque chose du genre.

Je devais avoir l'air bête. J'étais là, trempée jusqu'aux os et couverte de boue. Mon visage était rouge d'embarras, mais ça, l'ombre le cachait bien puis... J'avais un peu plus chaud à cause de cela donc ce n'était pas une mauvaise chose. Cependant, ce n'était pas assez pour faire disparaître la chair de poule sur ma peau. Mais le pire de tout c'était bien le mensonge flagrant que j'avais servi à cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Aliester
Dompteuse de vaches
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 57
Date d'inscription : 29/10/2015
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Jeu 5 Nov - 15:12

Léo restait à la fixer tandis qu'elle tentait de justifier tant bien que mal sa tentative de déshabillement d'autrui. Elle croyait que c'était des couvertures. Elle se moquait de qui avec une telle excuses ? Il aurait été prêt à la remballer méchamment  mais il remarqua la chair de poule qui s'étendait le long du bras de la rousse ainsi que sa tenue couverte de boue. Elle s'était surement faite surprendre par l'orage... Et à en juger par la foideure quasi-cadavérique de sa peau, elle devait être frigorifiée.

Bon, avec ses arguments il comprenait son action mais bon... ça ne justifiait pas qu'elle ne soit pas capable de le dire clairement plutôt que d'inventer un mensonge que n'importe quel collégien aurait pu inventer. Léo lâcha un long soupire d'agacement après que la jeune femme ait finit son explication mensongère. Dieux, pourquoi fallait-t-il qu'elle soit une femme ? Un homme, il l'aurait refoutu dehors sous la pluie avec en prime un ou deux hématomes bien placés. Mais une femme déjà frigorifiée ?  Et puis sans prendre en compte son sexe, elle tomberait vite malade si elle restait comme ça.

-Et si tu étais honnêtes et que tu admettais que tu as tout simplement froid, ça te gênerait ?
dit-t-il sèchement

Léo retira son pull sec et le déposa dans la main de la jeune femme. Il portait toujours un débardeur en dessous donc ça n'était pas gênant et il n'était pas frileux de toute façon donc ça ne le gênait pas. Il ne faisait pas ça par pitié mais simplement par bon sens. Malgré le fait qu'il n'avait que peu de sympathie pour la rousse, il ne pouvait pas avoir la conscience tranquille s'il restait bien au chand dans son coin pendant qu'elle grelotterait attendant la fin de l'orage qui s'annonçait très long. Il lui offrait son pull, elle était libre de le prendre ou non, mais il aurait été idiot de le refuser vu l'état dans lequel elle se trouvait. En revanche, il restait très irrité de la mauvaise foie dont faisait preuve son interlocutrice.

Il s'écarta de la demoiselle et s'assit sur une caisse, non loin de la chandelle qui continuait de se consumer lentement. Il écoutait la pluie s'abattre contre la toile,  percevant de temps à autre le son du tonnerre qui grondait. La rousse pouvait bien aller où elle voulait, la seule source  de lumière se trouvait ici, près de lui.  Peut-être qu'une conversation allait s'ouvrir entre les deux jeunes gens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley O'Connor
Ma dracène
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 234
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part... En train de manger...
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Sam 7 Nov - 0:35

L'homme soupira, probablement irrité par mon comportement et me proposa d'un ton dur d'avouer une bonne fois pour toute la vraie raison pour laquelle je l'avais déshabillé. Je ne répondis pas, ne sachant pas quoi dire et n'ayant aucune envie de tout avouer. De toutes façons, il avait déjà deviné la raison sans mon aide. Bien résolue à ne pas le regarder, je l'entendis bouger à côté de moi et je finis par tourner mon regard vers lui au moment où il enlevait son pull. Je fus grandement surprise par ce geste. Je ne comprenais pas trop ce qu'il faisait. Il avait chaud ? Aucune idée, mais moi j'étais frigorifiée. Ma mâchoire tomba presque lorsqu'il me tendit le chandail. Captant le message, je le pris sans hésiter et, avant qu'il ne s'éloigne, je lui lançai :

- Merci !

Sans plus attendre, je lui tournai le dos et enlevai mes vêtements souillés. Je n'allais quand même pas salir le chandail de quelqu'un d'autre ! Surtout que je ne comptais pas le garder. Ça serait bien le comble si je ne le lui redonnais pas avant de repartir. Enfin, c'était ma mentalité. J'avais beaucoup de défauts, mais j'étais loin d'être malhonnête.

Dès que j'eus enfilé le pull trop grand pour moi, je me sentais déjà un peu moins congelée. Je tordis mes cheveux et mon chandail pour en extraire le plus d'eau possible et les laissai sécher sur l'une des caisses près de moi. Je vis que l'homme était parti s'asseoir sur l'une des caisse entre-temps. Je m'approchai timidement et m'installai non loin de là. J'étais assise au sol, le dos appuyé sur la caisse derrière moi. Je fixai le brun quelques secondes. Personne ne parlait. Je n'avais rien de stimulant intellectuellement pour me distraire de ma faim. Au moins, je me réchauffais de plus en plus, mais la faim était quand même pénible. Je ramenai mes jambes contre moi et rentrai mes mains dans les manches du chandail sans arrêter de le fixer. J'étais bien décidée à engager la conversation.

- Moi c'est Riley.

Je marquai une courte pause. Je ne savais pas quoi dire, mais au moins la présentation était faite. En général, je ne parlais pas à beaucoup de gens. Mes conversations se résumaient à draguer des hommes dans des bars ou interagir avec des gens à mon travail. Le reste du temps, j'étais seule. Or, je n'allais pas draguer un type qui me donnait encore l'impression d'être en colère contre moi et ma dernière conversation avait éveillée les pulsions meurtrières d'un certain blondinet. Il fallait vraiment que je fasse quelque chose avec mon caractère... Une question me passa alors par la tête. Celle qui trottait dans mon esprit depuis que je m'étais réveillée dans la taverne l'autre jour. Je ne savais pas s'il connaissait la réponse, mais ça valait la peine de demander. Je ne pouvais pas dire s'il était un habitant d'ici ou s'il se trouvait dans la même merde que moi.

- Dis, est-ce que tu sais c'est quoi cet endroit ? La dernière chose dont je me souvienne c'est d'être allée travailler il y a quelques jours et puis je me suis juste retrouvée ici sans explication logique. Ça m'embête de ne rien savoir de plus.

En effet, tout ce que je savais c'est que, du jour au lendemain, je m'étais retrouvée dans une ville totalement différente et que j'avais une nouvelle cicatrice sur la jambe. Comme si quelqu'un m'avait tiré dans le genou avec un fusil. Les cicatrices de blessures par balle que je voyais dans les journaux ou à la télé ressemblaient pas mal à ce qui était sur mon genou. Ce qui était étrange puisque je ne me souvenais pas de m'être faite tirer dessus. Ce n'était clairement pas une saleté, non plus, puisque j'avais passé quinze bonnes minutes à frotter la cicatrice l'autre jour. J'avais un peu l'impression de devenir folle ou d'avoir l'Alzheimer. Je n'avais jamais eu de pertes de mémoire avant, pourtant...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Aliester
Dompteuse de vaches
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 57
Date d'inscription : 29/10/2015
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Dim 8 Nov - 15:23

//C'est la troisième fois que je recommence à écrire ma réponse. Désolée si elle est un peu courte mais ça commence à royalement me saouler de devoir recommencer XD//

Léo dévisageait cette jeune femme rousse qui commençait à l'intriguer. Que faisait-t-elle là ? Depuis quand était-t-elle dans cette ville ? Savait-t-elle quelque chose sur cet endroit ? Il faudrait qu'il lui demande mais il n'avait pas très envie de commencer la conversation... C'est donc la rousse qui le fit. Elle se présenta, disant s'appeler Riley. Un nom atypique, pensa Léo, mais la sonorité était plaisante à entendre. Tout comme la dénommée Riley était plaisante à regarder. Mais encore une fois, Léo ne lui dirait pas. Ou pas tout de suite en tout cas. Tandis qu'il rêvassait, la jeune femme poursuivit.

-Dis, est-ce que tu sais c'est quoi cet endroit ? La dernière chose dont je me souvienne c'est d'être allée travailler il y a quelques jours et puis je me suis juste retrouvée ici sans explication logique. Ça m'embête de ne rien savoir de plus.

Léo, tiré de ses pensées, soupira longuement. Finalement, elle ne pourrait pas l'éclairer. Il avait espéré en vain. La rousse était dans le même état que lui, c'est-à-dire complétement perdue dans un environnement étrange, à la limite de l'irréel. Ils étaient tout deux pris dans un monde, une cité prise entre l'ancien et le futuriste, un monde qui leur échappait totalement. Il regarda Riley dans les yeux.

-Non. Je regrette mais je suis dans la même situation que toi. Je quittait mon atelier de forgerie pour aller au bar, puis je me suis réveillé dans cette taverne où ce blond habillé comme un clown a faillit de péter la gueule. Je ne peux rien t'apprendre de plus.


Si la jeune femme avait espérée comme lui avoir des réponses, il devinait sans peine la déception qui devait la ronger à présent, au grand damne de Léo qui aurait bien voulu la renseigner, s'il était lui même au courant ! ça le minait désormais. Comment rentrer chez soi et quitter un endroit si on ne sait même pas par où on est arrivé ?! C'était à devenir fou, et rien qu'y penser énervait Léo. Qu'avait-t-il fait pour mériter ça ? Et Riley ? Pourquoi avait-t-elle été emmenée ici aussi, dans les même conditions que le brun ? Tout cela était décidément bien mystérieux... Léo, après quelques minutes de silence, relança la conversation qui avait été figée par cette réponse décevante. Il cherchait de quoi parler, puis trouva un sujet.

-Dit moi... Quand tu as retiré ton haut, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer deux cicatrices de balles dans ton dos... du moins je suppose que ce sont des balles. Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Et comment tu as survécu à ça ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley O'Connor
Ma dracène
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 234
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part... En train de manger...
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Lun 9 Nov - 0:42

L'homme soupira. À en juger par sa réaction, soit il me trouvait stupide parce que la réponse à ma question était plus qu'évidente soit il était dans la même merde que moi. Il s'avéra que ce fut le deuxième cas. Il m'expliqua comment les choses s'étaient passées pour lui. Ça ressemblait vachement à ce que j'avais vécu. Étrange. En plus, j'avais été si proche de trouver la réponse à ce qui se passait il y a quelques jours. Enfin, c'est ce que je croyais que ce souvenir perdu était. Je basculai la tête vers l'arrière pour l'accoter sur la boîte derrière moi. Mes yeux se posèrent sur le toit ce que j'avais reconnu comme étant un chapiteau. Je tentai de me rappeler du regard fou du blondinet qui, comme l'homme l'avait si bien dit, avait failli me péter la gueule. C'était ce qui avait déclenché mon souvenir si je ne me trompais pas.

Alors que je tentais de me concentrer, le brun me demanda pourquoi j'avais des cicatrices de balles dans le dos. Quoi ? Depuis quand j'avais des cicatrices de balles dans le dos ? Il devait avoir mal vu à cause du pauvre éclairage que fournissait la bougie. Je fronçai les sourcils, intriguée par cette révélation. Il fallait dire que j'avais quand même une cicatrice de ce genre qui était apparue comme par magie sur mon genou. Ma première réaction fut, par conséquent, de passer mes mains sous le pull de l'inconnu et de toucher mon dos. La peau qui couvrait une cicatrice n'avait pas la même texture que la peau ordinaire. Tout le monde le savait. Je m'efforçai de sentir toute trace anormale dans mon dos. Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu'il y avait, en effet, au moins une cicatrice dans mon dos. L'homme avait dit deux alors je supposai qu'il ne mentait pas. J'haussai les sourcils, visiblement surprise... Et aussi confuse. Je regardai l'homme en ne sachant pas quoi lui répondre pendant un moment. Puis les mots vinrent :

- Bonne question. Honnêtement, dans mon dernier souvenir, j'avais pas ces cicatrices. J'avoue que ça me fait un peu peur, là.

J'allongeai les jambes pour les étirer et plongeai dans une réflexion profonde de ce qui avait bien pu se passer. D'abord l'impression d'avoir oublié un truc et ensuite des cicatrices étranges. Des cicatrices de balles. Un éclair frappa non loin de notre emplacement. Le coup de tonnerre fit bourdonner mes oreilles douloureusement. C'est alors que j'eus un flash de moi qui me jetais devant l'un de mes élèves pour le protéger. Je me redressai brusquement, les yeux écarquillés et le souffle court. Je me souvenais de tout maintenant.

- WHAT THE FUCK ? J'SUIS MORTE ?! Non ! Nononon ! Impossible ! Ça veux dire que tu serais mort aussi.

Je me relevai d'un coup et me mis à faire les cent pas. Le stress était à son maximum. Mes mains tremblaient un peu, ma respiration était rauque et j'avais extrêmement chaud. Je commençais même à me parler à voix haute, me disant que ça devait être un mauvais rêve. Que j'étais folle. Pourtant mes cicatrices étaient une bonne preuve que je m'étais faite tirer dessus à trois reprises. Je me mordis même la lèvre pour m'assurer que j'étais consciente. La douleur me prouva que c'était le cas.

- Pourquoi je vis encore si j'suis morte, hein ? Et pourquoi j'suis pas déjà en enfer ? J'comprend plus rien ! Merde, j'ai reçu trois balles dans le corps dont deux dans les poumons. J'suis pas supposée survivre à ça, clairement ! Surtout pas quand j'ai agonisé dans un couloir pendant que les policiers ne pouvaient pas entrer me sauver.

Les mots sortaient de ma bouche si vite que je devais reprendre certaines phrases trois fois. Je commençais même à déblatérer des trucs incompréhensibles et illogiques. J'avais l'impression que tout mon corps tremblait. J'étais en train de paniquer, tous mes muscles étaient contractés et je déambulais dans la partie éclairée du chapiteau comme un lion en cage. Décidément, le choc d'apprendre que j'étais morte avait été trop grand pour moi. J'avais presque envie de retourner sous la pluie glaciale pour calmer mon esprit qui bouillonnait. Je regardai la sortie à plusieurs reprises. Bien tentée d'y aller. D'ailleurs, je m'approchai de la porte pour sentir le vent froid sur mon visage. J'ignorais si c'était une bonne chose que je me rappelle de tout, mais je ne pouvais plus revenir à l'arrière donc je m'en fichais. Au moins, me consolais-je, personne n'allait s'ennuyer de moi. Je vivais loin de ce qui restait de ma famille et mes élèves me haïssaient tous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Aliester
Dompteuse de vaches
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 57
Date d'inscription : 29/10/2015
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Jeu 19 Nov - 15:16

Visiblement intriguée par sa question, la jeune fille le dévisagea un moment. Qu'avait-t-il dit de mal ? Etaient-ce des cicatrices naturelles ? Puis en voyant la rousse passer ses mains frénétiquement dans son dos, le brun comprit qu'en faite, elle ignorait elle-même l'existence de ces marques. Comment était-ce possible ? On se fait rarement tirer dessus sans s'en rendre compte... Du moins, il pensait, il s'était pris tout genre de coups dans sa vie, mais Léo ne c'était encore jamais fait descendre. La jeune fille confirma en effet les pensées du jeune homme par ces mots :

- Bonne question. Honnêtement, dans mon dernier souvenir, j'avais pas ces cicatrices. J'avoue que ça me fait un peu peur, là.

La rousse étendit ses jambes de toute leur longueur et plongea dans ses pensées. Léo avait du mal à le croire. Elle avait vécu jusque maintenant sans avoir jamais remarqué ces marques ?! A moins qu'elles ne se soit blessée enfant et que depuis, elle avait oublié en grandissant. C'était encore la théorie la plus plausible. Une éclaire suivit d'un assourdissant vrombissement firent leur apparition. Décidément, l'orage continuait de grossir... Combien de temps cela allait durer ? Pas trop longtemps si possible...

- WHAT THE FUCK ? J'SUIS MORTE ?! Non ! Nononon ! Impossible ! Ça veux dire que tu serais mort aussi.

Le hurlement de la rousse fit sursauter Léo. "What the fuck" ? Elle avait un vocabulaire encore plus familier qu'il ne le pensait... Mais ce fut le cadet des soucis du brun en ce moment. Le plus important était que la jeune femme qui lui tenait compagnie était littéralement en train de perdre la raison. Voilà qu'elle se croyait morte ! Elle avait péter un câble ou quoi ? Elle se mit même à soupçonner que Léo ne soit lui aussi mort. N'importe quoi ! S'il était mort, ça se saurait ! Ce lieu lugubre avait finit par déteindre sur le mentale probablement fragile de la rouquine. Quoi de plus normal, n'importe qu'elle femme aurait perdu l'esprit, trop apeuré dans ce chapiteau. Il essaya alors de rassurer la demoiselle.

-Ecoute, essaye de te calmer, ce que tu dis est imposs-...

Mais la rousse n'entendait rien. Riley n'était plus là, elle avait complétement déraillé, perdue toute conscience des autres.

- Pourquoi je vis encore si j'suis morte, hein ? Et pourquoi j'suis pas déjà en enfer ? J'comprend plus rien ! Merde, j'ai reçu trois balles dans le corps dont deux dans les poumons. J'suis pas supposée survivre à ça, clairement ! Surtout pas quand j'ai agonisé dans un couloir pendant que les policiers ne pouvaient pas entrer me sauver.

En enfer ? Pourquoi serait-t-elle serait-t-elle dans un tel endroit ? Elle était vulgaire, mais de là à faire d'elle une pécheresse... A moins qu'elle n'ait trop souvent profité des joies de l'amour, hors mariage ? Bon d'accord, Léo lui-même n'était pas très enviable sur ce point là. Il ne croyait pas trop en la bible de toute manière... Mais aux enfers, oui, il était prêt à y croire. Puis c'était quoi cette histoire de police ? Pourquoi la police se serait trouver là ? Agoniser dans un couloir ? Elle avait dû faire un cauchemar. Léo voulait à tout prix calmer sa nouvelle amie. Il la saisit par les épaules, la plaquant contre la caisse en bois pour l'immobiliser et la forcer à se focaliser sur lui.

-Calme toi voyons !! Ce que tu dis n'as aucun sens !! Si tu étais morte, tu ne sentirais pas le froid ! Ni rien d'autre ! Tu ne peux pas être morte ! Et tu n'es pas non plus un fantôme !

Il avait parlé d'une voix forte, mais pas autoritaire pour une fois. Il cherchait à se montrer rassurant... Mais à vrai dire, en y réfléchissant, lui-même commençait à s'interroger. Ils ne pouvaient pas être morts... Mais alors comment avaient-t-ils pu se retrouver ici sans savoir comment ni pourquoi ? Il commençait lui-même à douter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley O'Connor
Ma dracène
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 234
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part... En train de manger...
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Sam 19 Déc - 23:55

Mon esprit ne suivait plus rien du tout. Toutes mes pensées étaient si mélangées que je commençais à croire que j'avais perdu la raison. Est-ce que je devenais folle ? Je ne croyais pas l'être, pourtant. Une chose était sure : j'étais définitivement hystérique à ce moment-là. Un peu plus et je tombais en mode survie. Le choc avait été beaucoup trop grand et je n'arrivais pas à me ressaisir. Ce qui me sortit de ma transe fut des mains, celles de l'homme que j'avais complètement oublié lors de ma crise, qui me plaquèrent un peu brusquement contre les caisses près de moi. Je l'entendis me dire quelques mots que je ne compris pas sur le coup.

Sous la surprise, j'ouvris grand les yeux et tentai de me débattre du mieux que je pouvais pour qu'il me lâche. Je m'étais toujours considérée plus forte que la majorité des filles et quelques garçons aussi, mais ma force ne pouvait même pas rivaliser avec la sienne. Mon instinct prit alors le dessus. Je le saisis par la nuque et approchai sa tête assez près pour que je puisse lui donner un coup de boule. De toute évidence, mon adrénaline avait redescendu assez vite puisque je dus me faire autant mal à moi-même qu'à lui. Je portai ma main à mon front en grimaçant de douleur. C'était probablement ce qu'il me fallait pour me remettre l'esprit en ordre. Je me calmai aussitôt, me doutant bien que ma victime ne serait pas de très bonne humeur dans la seconde qui suivrait. Je rougis un peu sous la honte.

- Okay, j'ai peut-être un peu exagéré, là. Désolée.

Mon regard croisa le sien pendant un moment avant que je ne le détourne. Ses mots me revinrent alors à l'esprit. Je ne les avais pas compris une minute plus tôt, mais maintenant que j'avais les idées claires, je pouvais y réfléchir posément. Bien sûr, c'était absurde que je me sente vivante si ce n'était pas le cas, mais je me souvenais très clairement d'avoir lutté contre la mort lorsque j'étais dans le couloir. La mort avait gagné. C'était évident. Encore assommée par mon coup, je répondis au brun d'une voix confiante :

- Tu sais, si j'étais encore en vie, je me serais réveillée à l'hôpital et non dans la taverne où l'autre fou a bien failli m'arracher la gorge.

Je marquai une courte pause. J'étais morte et c'était indéniable, mais je n'étais pas en enfer et cet endroit était loin d'être le paradis. La première chose qui m'intriguait était bien où je me trouvais. Est-ce que tout le monde se retrouvait ici après la mort ? Nous étions trop peu pour que ce soit le cas. Je continuai alors :

- Tu ne te souviens de rien ? Vraiment ? Si tu es comme moi, la dernière chose dont tu te souviens remonte au jour même de ta mort.

Je reposai mon regard sur lui. Son front commençait à être un peu rouge là où je l'avais heurté. Je posai doucement ma main sur la tâche rougeâtre en me demandant si c'était encore douloureux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Aliester
Dompteuse de vaches
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 57
Date d'inscription : 29/10/2015
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Mar 22 Déc - 17:50

Note à lui-même : ne plus tenter d'aider une jeune hystérique à se calmer. Voilà la nouvelle règle que Léo venait de graver dans sa tête. Ou plutôt, c'est Riley qui lui avait gravé cette phrase avec son coup de boule magistrale. Chancelant un peu après le coup de la rouquine, Léo la lâcha de recula de quelques pas, se frottant le front. Elle ne lui avait pas asséner un coup si brutale qu'il ne puisse pas se ressaisir rapidement, mais ça l'avait tout de même bien étourdi pendant quelques secondes. Et puis ça faisait mal en plus ! Léo enrageait intérieurement. Il souhaitait être rassurant pour une fois, et en récompense, on tentait de l'assommer ! Il se le tenait pour dit : aider les autres, ça n'amène jamais rien de bon finalement.

La jeune fille reconnu toutefois s'être laissé emportée et avoir réagi de manière excessive. Au moins, elle savait qu'elle était une folle furieuse lorsqu'elle a peur, pensa Léo. Mais ça ne l'excusait pas. En tout cas, pas totalement. Léo écoutait désormais silencieusement les élucubrations de Riley, sans vraiment comprendre. Pourquoi parlait-t-elle d'hôpital ? Ce genre de lieu était réservé aux fous aliénés ainsi qu'aux galeux ou aux pestiférés. Pas aux blessés par balle... Du moins à son époque. La rousse était-t-elle donc vraiment folle ? Ou bien... Peut-être venait-t-elle vraiment d'une temporalité où les hôpitaux servent vraiment à soigner tout les maux ? Cela dit il en doutait fort. Jusqu'à ce que la jeune femme aux cheveux de feu se tourne à nouveau vers lui et lui pose cette question étrange :

- Tu ne te souviens de rien ? Vraiment ? Si tu es comme moi, la dernière chose dont tu te souviens remonte au jour même de ta mort.


Léo baissa les yeux. C'est vrai qu'il n'avait jamais vraiment réfléchi à sa dernière action avant de se retrouver dans cette ville étrange. Que faisait-t-il déjà ?... Ah si ! Il était au bar ! Il buvait, il buvait même trop, quand... AIE ! La jeune femme avait poser sa main sur le front encore douloureux du brun, ce qui le fit tressaillir et grimacer dans la même seconde. Il recula légèrement afin d'échapper au contact de la main froide de sa compagne. Dans la hâte, et un peu contrarié par la liberté de la demoiselle, Léo lui déclara sèchement (comme d'habitude) :

-Je ne sais pas ok ! Je me souviens juste avoir été au bar de mon village pour boire un peu quand un mec est venu me parler. Il me racontait je sais plus trop quoi à propos d'un évènement dans la ville quand...

Léo marqua une pause. Il se toucha machinalement le front. Il appuya dessus et la douleur immédiate qu'il ressentit alors lui renvoya la fin de son souvenir e mémoire comme un canon. Il avait été accusé de meurtre un truc comme ça, il c'est énervé, ça a déclenché une bagarre et... Oui, à présent il revoyait clairement ce vieillard brandissant cette barre en fer jusqu'à l'abattre sur son front. Et là, il c'est réveillé dans la taverne. En quelque seconde, il s'était souvenu de tout ... et en avait vite déduit la conséquence immédiate.

- Oh mon dieu.... Je suis... mort ?

Il chancela et se rattrapa à une caisse. Riley avait raison. Ils étaient passé de l'autre côté, dans le monde des défunts. Mais dans ce cas, pourquoi étaient-t-ils ici ? Ce lieu n'avait rien d'un paradis, encore moins d'un enfer. Mais alors... Où étaient-t-ils ? Il lui semblait bien avoir la réponse... Il l'avait entendu lors d'un sermon dans ses jeunes années....

-Le purgatoire ! Il braqua son regard sur la jeune femme. Nous sommes au purgatoire Riley ! Là où sont envoyés ceux qui n'ont pas mérité le paradis mais qui ne sont pas coupables au point d'être banni en enfer !

Ses propres mots lui paraissaient irréels. Mais il n'y avait que cette solution. Peut-être la demoiselle, qui semblait très cultivée, avait toutefois une autre explication à fournir au brun ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley O'Connor
Ma dracène
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 234
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part... En train de manger...
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Jeu 24 Déc - 23:05

Le ton que l'homme utilisa pour me répondre fut un peu trop sec à mon goût. Je fis un peu la moue pendant qu'il racontait son dernier souvenir. C'est alors qu'il se tut. J'observai son visage passer de l'incompréhension au choc avant de l'entendre dire qu'il était mort. Un sourire naquit sur mon visage en le voyant, un peu instable, tenter d'encaisser ce fait. Visiblement, il avait mieux réagi que moi, mais c'était quand même amusant à voir. Je n'avais pas vraiment de sympathie même si je savais trop bien par quoi il passait à ce moment précis. Comme c'était étrange de réaliser qu'on est mort...

Le brun semblait être en profonde réflexion, se demandant probablement ce qui se passait tout comme j'avais fait quelques minutes plus tôt. Au bout d'un moment, il sortit de ses pensées en me disant que nous étions au Purgatoire. Mais oui ! C'était logique. Enfin... Ça m'aurait paru absurde en temps normal, mais dans ces circonstances, c'était la meilleure piste qu'on avait. L'idée d'être au Purgatoire me plaisait bien puisque je pouvais encore vivre en quelques sortes. Je rigolai un peu avant de dire :

- Et moi qui pensais que j'allais me retrouver en enfer parce que je suis une personne horrible. Il faut croire que j'suis pas si pire que ça. Ça paye de sauver la vie de quelqu'un... Enfin, je dis ça, mais j'ignore si les tireurs l'ont retrouvé après m'avoir abattue.

Je m'arrêtai quelques instants, me souvenant encore des coups de feux que j'avais entendus dans la bibliothèque de l'école alors que je me vidais de mon sang. Je secouai la tête, chassant ces souvenirs désormais inutiles. Je changeai bien vite de sujet puisque je ne souhaitais pas particulièrement m'attarder à mes souvenirs :

- Bref, ce que t'as proposé, c'est très logique.

J'avais à peine fini ma phrase qu'un flash m'aveugla. Je plaçai ma main devant mes yeux, une grimace sur le visage. Au bout de quelques secondes, mes yeux s'ajustèrent enfin à l'éclairage et je pus constater que l'électricité était enfin revenue. Je jetai un coup d'oeil pressé à l'extérieur. Tout était bien éclairé alors j'allais pouvoir rentrer chez moi et me faire à manger. Je me tournai rapidement vers l'homme et lui souris.

- C'est le moment où je retourne chez moi, on dirait. On se reverra probablement un jour aux résidences... À moins que tu ne sois l'un des vilains esprits qui hantent le cirque, bien sûr.

Je fis volte-face et quittai le chapiteau pour retourner chez moi. Je courus rapidement pour arriver jusqu'à chez moi où je me changeai. Je remarquai alors que j'avais ramené le pull de l'étranger avec moi alors que je comptais le lui redonner. Malheureusement, je ne connaissais pas son nom. Je ne pouvais même pas chercher son appartement dans la résidence. Sur le coup, je me sentis un peu mal d'avoir rapporté le pull avec moi... Puis je me souvins lui avoir dit mon nom. S'il voulait vraiment ravoir son chandail, il me trouverait lui-même. Il ne devrait pas avoir tant de mal à me trouver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Aliester
Dompteuse de vaches
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseMessages : 57
Date d'inscription : 29/10/2015
Fiche RPG
Feuille de personnage
Caractéristiques:
Compétences:
Péchés:

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI] Ven 25 Déc - 13:47

L'idée du Purgatoire semblait satisfaire la rouquine. Sur le moment, Léo pensa qu'elle était en plein délire, on ne pouvait pas se réjouir de ça, mais en écoutant ses arguments, il comprit et se rangea de son côté. Ce n'était pas si mal en fin de compte... Au Purgatoire, ils avaient l'opportunité de continuer une vie relativement "normale" si on enlevait le fait qu'ils étaient mort et donc ne vieilliraient plus, et même mieux : tenter de se corriger. Et pour ça, ils pouvaient prendre le temps qu'ils voulaient, l'éternité même. Et puis quitte à avoir passé une vie dédié aux autre, cette fois, cela laissait au brun une chance de ne vivre et de tenter de s'en sortir que pour lui : une pensée égoïste, certes, mais il n'allait tout de même pas se priver de cette nouvelle chance ? Il n'avait même plus l'ombre de la mort au-dessus de lui, alors autant en profiter.

Soudainement, un éclair éblouissant lui brûla la rétine, l'obligeant à fermer les yeux. Ce n'était pas l'orage, mais bien l'électricité qui était revenue.  Après quelques seconde s'éblouissement, Léo parvint à rouvrir les yeux, juste assez pour voir Riley le saluer et prendre congé. Décidément, cette fille apparaissait et disparaissait à une vitesse folle... Avec son pull !Ce n'est qu'une fois la jeune femme parti qu'il réalisa qu'elle avait embarqué avec elle son chandail. Léo soupira intérieurement. C'était dommage... Dommage pour lui. Il n'était pas frileux, mais il ne se sentait pas d'aplomb à braver la fraicheur du soir... Il le devrait pourtant. Il se dirigea donc vers la sortie de ce lieu lugubre, déterminé à retrouver bientôt Riley.

(Réponse courte mais je ne sais pas quoi dire T^T Pardonne moi Mamie <3) [FIN DU RP]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI]

Revenir en haut Aller en bas

Nuit orageuse [Pv Léochaton][FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» C'est prouvé, travailler trop nuit gravement à la santé
» Quels sont les horaires de nuit de vos bibous????
» nuit de noel tragique
» Couches de nuit tibabi
» HN... Et la nuit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wages of Sin :: Zone hors-jeu :: RP terminés-